Accueil Monde Un étudiant raconte sa fuite de la guerre en Ukraine

Un étudiant raconte sa fuite de la guerre en Ukraine

0
84
- Publicité -

Ayman Chenoufi, un étudiant tunisien bloqué en Ukraine, est intervenu Sbeh Ennes ce   lundi 28 février 2022, pour revenir sur son expérience lors de « l’invasion russe » et de son parcours  d’évacuation vers la Roumanie , en attendant son rapatriement en Tunisie.

- Publicité -

L’intervenant a salué le traitement qui lui a été consacré ainsi qu’aux autres  étudiants tunisiens depuis qu’ils ont quitté l’Ukraine samedi jusqu’à leur  arrivée en Roumanie, soulignant que la coordination était permanente et efficace avec les autorités diplomatiques tunisiennes.

A leur arrivée en Roumanie, les étudiants  ont été placés dans une résidence universitaire dans un premier temps avant d’être transférés dans un autre logement plus proche de l’aéroport, en attendant l’arrivée d’autres Tunisiens pour assurer leur retour en Tunisie via un vol. Il a d’autre part souligné que  leur nombre ne dépasse pas 100 étudiants, contrairement à ce qu’a déclaré le responsable de l’association Maison de Tunisie en Ukraine, Sofiane Mattoussi.

Concernant les détails de son voyage d’Ukraine vers la Roumanie, Aymen Channoufi a déclaré qu’il n’avait été contacté par aucune partie pour préparer son départ, et que les autorités tunisiennes ne se sont pas impliquées dans ces voyages, soulignant qu’il avait découvert le processus d’évacuation par hasard,  via un post sur Internet pour l’un des étudiants tunisiens.Ce voyage a été organisé par un syrien  en contrepartie  de 1500 hryvnia ukrainiennes (environ 150 dinars tunisiens).

Il a poursuivi : « Nous avons passé 5 heures à bord de ce bus, puis nous avons parcouru une distance d’environ 2 km à pieds »…
Il a affirmé que le traitement n’était pas  similaire à celui reçu par les étudiants de l’Egypte et du Maroc qui étaient avec eux lors de ce voyage car ils ont été pris en charge   « Le traitement a changé, une fois que nous avons traversé la frontière et que nous sommes arrivés en Roumanie, nous avons été pris en charge », a-t-il conclu