19.9 C
Tunisie
dimanche, janvier 28, 2024

Béchir Kthiri : Les stocks de blé dur couvrent 5 mois des besoins de la Tunisie

- Publicité -
- Publicité -spot_img

Le président directeur général de l’Office des céréales, Béchir Kthiri, a indiqué, ce vendredi 20 août 2021, que les prix des céréales pratiqués sur le marché international vont augmenter dans les jours qui viennent, et ce, en raison des changements climatiques ayant engendré une sécheresse en Amérique et de fortes pluies en Europe. Ces événements climatiques extrêmes ont impacté la production céréalière internationale, ayant subi une baisse de 25 millions de tonnes cette année.

- Publicité -

Évidemment, la Tunisie sera touchée par cette baisse, quoique les stocks de céréales, estimés à 6 millions de quintaux du blé dur,  couvrent  les 5 prochains mois de consommation, c’est -à -dire, jusqu’au mois de février 2022. 

- Publicité- Créer votre boutique en ligne avec Leetcorp

Au micro de Walid Ben Rhouma, le PDG de l’Office des céréales a déclaré qu’une commission a été créée pour contrôler les prix des céréales sur le marché international et mettre en place une stratégie afin de couvrir les besoins de la Tunisie, à partir du mois de mars 2022.

Dans le même sens, il a ajouté que l’Office suit avec beaucoup d’attention les achats au niveau mondial et les stocks du blé dur et tendre. Et d’ajouter que: “une réduction de 10% de la consommation mensuelle du blé pendant 6 mois pourra nous offrir deux mois supplémentaires avant le recours à l’importation du blé. Ce qui n’aura pas d’incidence sur les finances publiques”. Ainsi, la consommation mensuelle ne doit pas dépasser 800 mille quintaux au lieu d’un million de quintaux.

Concernant le blé tendre utilisé dans la fabrication du pain et totalement importé par la Tunisie, l’invité du programme Expresso a souligné que ses prix ont été, à leur tour, revus à la hausse, expliquant que la pénurie des stocks actuels couvrant les besoins de la Tunisie d’ici la fin de cette année, n’est pas liée à l’augmentation de ses prix sur le marché international.

Lire aussi  Décret présidentiel : Prêt de 130 millions de dollars pour une intervention urgente pour la sécurité alimentaire

Il s’agit plutôt d’un problème purement technique relatif à la capacité de stockage des entrepôts, une capacité déjà dépassée suite à la collecte de la récolte. Du coup, “il n’est plus possible d’importer des quantités supplémentaires de blé tendre”, a fait savoir Béchir Kthiri, soulignant que cela n’est, en aucun cas,  dû à un problème de liquidité.

A la une
Articles similaires